Lourdoueix-St-Pierre
Canton : Bonnat
Département de la Creuse
 
 
  Relevés imprimables de l'état civil de la commune :

1643-1736  Baptêmes
1737-1792  Baptêmes
1672-1736  Sépultures

1793-1902  Naissances
1793-1902  Mariages
1793-1900  Décès

Dénombrement de la population :
Année 1911  photo récapitulative
En ligne le :
17/02/2008
08/04/2010
18/02/2008

26/12/2007
03/11/2005
11/09/2009


01/01/2010
mise à jour :
10/10/2009




31/03/2010
27/01/2010
auteurs :
voir ci-dessous
"
"

"

"
"


Benoit DUMONTET
  Compléments :
Migrants hors du Limousin
Sur le ministère de la Culture :
base Mémoire
Lourdoueix-St-Pierre sur le portail creusois
Le monument aux morts
Vue du ciel
La mise en forme pour intégration des dépouillements de Ginette Camin
et Andrée Darchis a été réalisée par Guylaine Brun-Trigaud.
 
    Insee : 23112
Clic sur la carte pour agrandir le canton de Bonnat
 
Population légale (Insee) en : 2007
1906
1806
880 h
2217 h
1881 h
Superficie : 4 473 ha
Altitude : 217 à 433 m
Densité : -- h/km2
 
        Lourdoueix-Saint-Pierre : un peu d'histoire, des photographies et quelques chiffres :  
 

Cartes postales
anciennes :




image


image


image


image


image


image
 


Paroisses et Communes de France : Creuses et Communes de France : Creuse
Christian POITOU, CNRS éditions, 2000

En 1477, « pays et comté de la Marche », châtellenie de Malval (Dupont-Ferrier). Châtellenie de Malval en 1643 et 1686 ; d'Aigurande (actuellement dép. Indre) en 1751.
Lourdoueix-Saint-Pierre, les Marlières et Richemont possédaient des justices seigneuriales ressortissant à la sénéchaussée de Guéret.
Province : paroisse entièrement en Marche (A. Thomas, Le Comté de la Marche..., p. XXIX).
Lignaud : chapelle rurale en 1482, ruinée et démolie après 1745. Vocable : sainte Magdelaine.
Le trésorier de la Sainte-Chapelle-du-Palais à Bourges jusqu'à sa suppression en 1756, puis l'archevêque de Bourges (cf. Nadaud). Le pouillé de 1648 donne le chapitre de Saint-Hippolyte de Bourges comme présentateur.

Toponymie :
Lourdoué-Saint-Pierre ; Lourdoueix-la-Creuse (Révolution) ; Lardoux-Saint-Pierre (1801).

Territoire et administration
:
Avant 1724, la paroisse de Lourdoueix-Saint-Pierre était, au plan fiscal, divisée entre les collectes de Lourdoueix-Saint-Pierre, d'Aubepierre, Étinière, Richemont, Ligneaux, Villechiron et Vost. Les villages de cette paroisse se répartissaient ainsi entre les diverses collectes (celle de Lourdoueix-Saint-Pierre mise à part) :
- Étinière (ou Étignière) : les Combes, les Marlières, Praveix, Lafaye, Montmartin, Beauregard, le Merin ;
- Ligneaux : Ligneaux, Égude ;
- Richemont : les Fougères, la Chabrelle, la Bernardière, le Pinet, le Pin, les Gourdes ; - Villechiron : uniquement le village de ce nom ;
- Vost : Vost, les Signolles, les Rochelas (AD Creuse, C 20, rôles de 1724).
- Par lettres patentes du 16 mai 1724 les collectes d'Aubepierre (dépendant au spirituel de Méasnes) d'Étinières, de Ligneaux, de Villechiron et de Vost sont rattachées à la paroisse de LourdoueixSaint-Pierre.
La collecte de Vost est rétablie avant 1751 (AD Creuse, C 17/1).

- Par la loi du 22 juillet 1847, la commune de Lourdoueix-Saint-Pierre perd les territoires des hameaux du Mas de la Ribaudonnière,
du Bois-Bouchard et de Lemérin, réunis à la commune d'Aigurande, arrondissement de La Châtre, département de l'Indre
(BL, 1847, t. XXXV, p. 174).

Démographie :
V B. Pour Vost, collecte rétablie après 1724, voir plus bas.
-Communiants en 1762 selon Nadaud : 1800 ; communiants selon le pouillé de 1773 : 1100.
- Militaires (compris dans les chiffres de population ci-dessus) :
an IV : 78 ; an XII : 77 ; 1806 : 40 ; 1820 : 5 ; 1831 : 11.

Conservation des registres paroissiaux et d'état civil :
-
C.G. : 1737-1792 ; 1793-1932.
-C.C. : B. 1643-1650, BMS. 1671-1792 (manquent 1673-1676, 1737) ; 1793--->.

Vost :

Châtellenie de Malval en 1643 et 1686 ; d'Aigurande (actuellement dép. Indre) en 1751.
Vost possédait une justice seigneuriale ressortissant à la sénéchaussée de Guéret (AD Creuse 109).
Province : Marche.
Toponymie :
-Vot (1341).
Territoire et administration
:
La collecte de Vost dépendait au spirituel de la paroisse de Lourdoueix-Saint-Pierre. Elle était formée des villages de Vost,
les Signolles, les Rochelas (AD Creuse, C 20, rôles de 1724).
Par lettres patentes du 16 mai 1724 la collecte de Vost est rattachée à la paroisse de LourdoueixSaint-Pierre.
Elle est rétablie avant 1751 (AD Creuse, C 17/1).
- En 1764 la collecte de Vost porte le nom de « Vost, Étinière et Villechiron » (État... des paroi de la généralité de Moulins).


Notice par A. LECLER
Dictionnaire, topographique, archéologique et historique de la Creuse
Vve H. DUCOURTIEUX, imprimeur, Limoges, 1902

LOURDOUEIX-ST-PIERRE
chef-lieu de commune dans le canton de Bonnat et l'arrondissement de Guéret, a une superficie de 4,457 hectares
et une population de 2,177 habitants.

Le prieuré existait en 1318 et 1486; il avait pour patron saint Pierre-es-liens. C'était l'abbesse de Saint-Hippolyte de Bourges qui y nommait en 1318; puis la Sainte-Chapelle de la même ville, lorsque ce monastère lui fut uni, en 1405. En 1516, le revenu du prieuré ne s'élevait qu'à 42 livres et 10 sols. On l'avait taxé au décime pour le diocèse de Limoges, mais le chapitre de la Sainte-Chapelle de Bourges fit appel de cette taxe le 6 avril 1548, parce qu'il était déjà taxé à Bourges pour ce bénéfice. Par arrêt de la cour des aides de Paris du 16 mars 1556, il fut défendu aux évêques de Limoges de le porter au rôle des décimes de leur diocèse.
Tous les revenus de ce prieuré se sont perdus.

La cure de Lourdoueix, qui au siècle dernier comptait 1,800 communiants (environ 2,400 habitants), avait aussi pour patron saint Pierre-es-liens. L'évêque de Limoges y a fait une nommination en 1679, mais c'est le trésorier de la Sainte-Chapelle du Palais à Bourges qui exerçait en droit en 1555, 1570, 1609, 1638, 1657, 1664, 1669, 1724, 1743. L'archevêque de Bourges y nomma en 1760, a cause de l'union de la trésorerie de la Sainte-Chapelle de Bourges.

Il y avait une vicairie et une chapelle rurale de sainte Catherine.

Une vicairie, a laquelle nommaient: en 1670 Balthazard Dumond, écuyer, sieur de Fonteny-la-Lande baron de Neuvy-Saint-Sépulcre, avec Henri Bertrand, sieur de Ville-bussière, comme seigneur d'Etignières en 1695, Charles Dumont, marquis de Fonteny, etc., capitaine au régiment de Beagle cavalerie; en 1614 et 1715, l'évêque de Limoges.

En 1455, Michel Pradolo, évêque de Nio, et auxiliaire de Pierre de Montbrun, évêque de Limoges, consacrait l'autel d'une chapelle a Lourdoueix-Saint-Pierre.

Hélie était chapelain de Lourdoueix-Saint-Pierre en 1208. Georges Dubreuil, curé de Lourdoueix-Saint-Pierre, en 1733, mourut en octobre 1760; son successeur N... de Châtillon fut transféré à Guéret le 25 juin 1762: Alexis Mathieu de La Loue, nommé en 1363, souffrit pour la foi pendant la Révolution; déporté sur les pontons de Rochefort, il revint dans sa paroisse en 1802; Silvain Fradet fut nommé en 1801; François Jamot en 1834; Pierre Vincent en 1861; André Ramade en 1868; Silvain-Auguste Tuillier en 1869; Jean Fournet en 1878; Louis Brunet en 1886.

La seigneurie de Lourdoueix-Saint-Pierre existait certainement au XII° siècle. Cependant, le premier seigneur connu est Podard de Vincent qui fit en 1405 une donation à l'abbaye d'Aubpierre sur sa terre de Lourdoueix et qui lui accorda de plus les dixmes, terrage et charriage sur Chatellus et Pédeon. Dès 1515, cette terre appartenait à la famille de Saint-Maur, qui la posséda plus de deux siècles. (G. Martin. Notice sur Malval). Martin. Notice sur Malval).

François de Saint-Maur, sieur de Lourdoueix, épousa Gilberte de Châlus; ils laissèrent Marie-Sylvie, dont il est parlé plus bas.

Robert de Saint-Maur, écuyer, sieur de Lourdoueix-Saint-Pierre et de Verne, épousa le 2 décembre 1676 Léonarde de La Marche. Les armes de cette famille sont:
d'argent à deux cygnes de sable, vus sur l'eau, becquée et membrés de gueules.

Marie-Sylvie de Saint-Maur, dame de Lourdoueix, épousa en 1654 Etienne du Breuil et lui porta la seigneurie de Lourdoucix. Leur fils, Joseph du Breuil, seigneur de Lourdoueix, né en 1656, gendarme de la garde du roi, épousa en 1694 Anne André. Ils laissèrent: 1° François du Breuil, seigneur de Lourdoueix et la Béraudière, qui épousa en 1733 Marie Raymond de Lussat; 2° Georges du Breuil, qui était curé de Lourdoueix en 1733. (A. Tardieu, Dictionnaire de la Marche.) Cette famille, originaire du Breuil, commune d' Ars, porte pour armes:
d'azur, à l'ancre d'argent, au chef cousu de gueules, chargé de trois étoiles d'or.

En 1750, M. de Chauvelin était seigneur en partie de Lourdoueix, et M. Blondel en 1780. Chauvelin porte:
d'argent, au chou sauvage à cinq branches de sinople, enroulé par la tige d'un serpent à la tête en haut.

Voici les villages de cette commune (1902) :

Aigude-Bas.
Aigude-Haut, On trouve dans le cartulaire d'Aubepierre Louis d'Agude, qui vivait en 1317 et 1374, et un autre du même nom en 1447.
Arfeuille.
Baruliat (Le).
Beauregard.
Bellevue.
Bernardière (La).
Berniquet (Le).
Bessonnes.
Bois-Bouley.
Bois-de-Vost.
Bourliat.

La Béraudière ou Brodière, nommée La Berauderia en 1290.
Cadrix.
Cantine (La).
Chanteranne.

Chanvillant
ou Champvillan, qui a appartenu à la famille Ajasson.

Château-de-Vost. Vaste château dont une partie ancienne date de la fin du XIV° siècle et commencement du XV°, et une partie nouvelle da 1883.
La seigneurie de Vost possédait justice haute, moyenne et basse, qui s'étendait jusqu'aux faubourgs d'Aigurande, à la rue appelée d'Aigurande-en-Marche. En 1610, Gabriel d'Ajasson, seigneur de Vost, eut, au sujet de la dixme qu'il levait dans cette rue, un procès avec Mademoiselle de Montpensier, la grande Mademoiselle, dame d'Aigurande et d'Aigurandette.
Dès la fin du XII°siècle, ces Aiaczo, ou Ajassons, dont le nom ce trouve à chaque page de l'histoire des commencements d'Aubepierre, possédaient les seigneuries de Nouzerolles, de Vost, d'Estignières et de Champvillan. Le premier que l'on connaisse comme seigneur de Vost est Étienne Ajasson, qui vivait au milieu du XIII° siècle. Guilgaud, son frère, signa l'acte de fondation du couvent des cordeliers de Boisferrut, en l'an 1400. Henri Ajasson, qui vivait au XV° siècle, épousa Marie de La Marche, laquelle apporta aux Ajasson la seigneurie de Grandsaigne. C'est seulement au XVIII° siècle que Vost cessa d'appartenir à la famille Ajasson. Henri Ajasson qui avait épousé Jacqueline d'Aubusson et n'en avait point eu d'enfant, fit en 1654, donation de la terre et seigneurie de Vost à Henri Bertrand de Beaumont, son neveu et son filleul. (G. Martin, Notice sur Malval.)
Vost fut vendu à Guéret le 5 septembre 1774 à Jean Blondet, qui mourut sans enfant. Il eut pour héritiers ceux de son frère Sylvain: François Blondet, seigneur de Vost, fut père de Julie qui porta Vost à Joseph Barbuat en l'épousant en 1806; Laure, fille de ces derniers, épousa en 1836 Edmond Hocquart. dont le fils Arthur est le propriétaire actuel de Vost. (A. Tardieu, Dictionnaire de la Marche.)
Les armes des Ajasson sont:
de sabre à la fasce fuselée d'argent.

Chaumes (Les).
Chebrelle (La).
Chez-du-Virly.

Choueix.  Terra a las Chouas en 1208.
Cluzeau.
Combes (Les).

Crachepot. Crochepau en 1436.

Etinières-d'en-Bas. — Henri Bertrand, écuyer, sieur de Villebussière. était seigneur d'Etignières en 1670.

Etinières-d'en-Haut.  Il est question d'Estignières dès 1163 dans les titres de l'abbaye d'Aubepierre. Au siècle dernier, le château existait encore. Il se composait en 1743 d'une tour carrée et d'un grand corps de logis s'étendant jusqu'à une autre tour ronde. On y pénétrait par un pont-levis. Comme Vost, cette seigneurie appartenait de bonne heure à la famille Ajasson. En 1300, Eudes Ajasson était à la fois seigneur de Vost et d'Estignières. Guillebaut de Tinière est mentionné le 17 octobre 1386 dans la généalogie de la famille du Chamborand. Cette seigneurie passa vers le milieu du xv, siècle à la famille de Saulzay. Plus tard elle revint à la famille Ajasson, (G. Martin, Notice sur Malval.)

Grange-de-l'Aiguille.
Gourde
ou La Gourde.
Juge (Le) ou Les Juges.
Lafaye.
Lâge-du-Pin.

Laumeau on Lhaumaud.

Lignaud ou Ligiaux. Il y avait dans ce lieu, en 1182, une chapelle rurale, prieuré ou vicairie, qui avait pour patron sainte Madeleine. Elle dépendait de Chambon-Sainte-Croix en 1297; mais en 1745, vu le mauvais état dans lequel elle était, outre son inutilité, il fut ordonné de la démolir. Dans le chartrier d'Aubepierre, ce lieu est appelé Plana de Linous en 1154 et 1247, Lineos en 1287, Mansus de las Lignières en 1223, Lineoux en 1548 et Ligneau et 1740. Dans l'enceinte du château de Linières il y avait une vicairie à laquelle nommait, en 1510, noble Hector de Sauzet, écuyer, sieur de Linières.
On trouve à 500 mètres au nord de Lignaud un camp romain appelé Fossés-des-Chatres; il est de forme rectangulaire mesurant 112 mètres de long sur 90 de large. En 1859, son agger avait encore 2 mètres 50 centimètres de hauteur, en moyenne, et son fossé, comblé en partie, 8 mètres de largeur. Plus tard il a encore servi de lieu de campement, comme nous l'apprend une note de Dom de La Celle : "L'an mil cinq cent soixante-neuf, le duc des Deux-Ponts passant par cette province se fortifia au camp de Ligeau et Aubepierre, pilla cette abbaye. La majeure partie des titres et papiers furent consumés par le feu que les soldats mirent à la maison; firent noyer, selon la tradition, les religieux dans l'étang de la Porte, etc. " Un casque en fer et une armure du moyen âge trouvés dans ce camp sont encore une preuve de son occupation par Ies Allemands en 1569.
Un souterrain de l'époque gallo-romaine a été découvert en 1882 en faisant la route de Lourdoueix à Chambon-Sainte-Croix. Il se compose d'une galerie circulaire où l'on a recueilli des poteries gauloises mêlées à des ossements d'animaux.

Loge-de-Pun.
Manières (Les).
Mersolle (La).

Mitaine (La).  Ce lieu est appelé Le Mitan de Brosse en 1634.
Montmartin.
Mont-Saint-Jean.
Moulin-de-Crachepot.
Moulin-de-Richement.
Moulin-du-Vost.
Moulin-du-Gat.

Néraud (Le) ou Le Nervaud.
Notte (La).
Orfeuille.
Petit-Châtelus.
Pin (Le).

Piodon, appelé Péodon en 1418 et 1447.
Point-du-Jour.
Pollier.
Praveix.
Pun-d'en-Bas.

Pun-d'en-Haut. Le Pin en 1341 et Le Puen en 1743.
Ribondonnière (La).

Richemont.  Il ne reste du château qui était assez vaste que des débris informes. Cette seigneurie appartint depuis le commencement du XV° siècle jusqu'au commencement du XVI°, à la famille du Boueix. Par son mariage avec Pierre de Chauvelin, chevalier, seigneur de Suzeret, qui eut lieu le 7 février 1633, Jeanne du Boueix, héritière de Richemont apporta cette seigneurie à la famille de Chauvelin qui la posséda jusqu'au XVIII° siècle. En 1773, elle appartenait à Georges Bertrand, marquis de Pouligny; son fils fut le dernier seigneur de Richement. (G. Martin Notice sur Malval.)
Boueix portait d'argent à deux fasces de gueules; et  Bertrand : losangé et de gueules.

Rochelas (Les).
Signolles (Les).
Taille-du-Bourliat.
Vacherie (La).
Villechiron.
  Le 15 mai 1629, Jacques de La Trémoille, écuyer, et Galienne de Saint-Julien, sa femme, vendirent à Rollin de La Celle, sieur de Bouéry, le village de Villechiron, pour la somme de 15,000 livres,

Virly.
Vost.


Villages en 2001:

 
      Aigudes,
Beauregard,
Bellevue,
La Bernardière,
Bessoles,
Le Bois-Boulet,
Bois-du-Bouchet,
Le Bourliat,
La Brodière,
Cadrix,
Cantine,
Champvillant,
Chantranne,
La Chaume-Blanche,
Les Chaumes,
Chaumière,
La Chebrelle,
Le Cluzeau,
Les Combes,
Crachepot,
Etignières,
Les Gourdes,
Grange-de-l'Aiguille,
Le Juge, Lafaye,
Les Levades,
Lhaumaud,
Lignaud,
Les Marlières,
La Mersolle,
La Mitaine,
Le Montalumet,
Montmartin,
Moulin-du-Gast,
La Natte,
Nargeol,
Orfeuille,
Petit-Châtelus,
Les Pierres-Bures,
Le Pin, Piodon,
Point-du­Jour,
Polliers,
Praveix,
Pun,
Ribaton,
La Ribaudonnière,
Richemont,
Les Rochelas,
Les Signolles,
La Taille-du-Bourliat,
La Vacherie,
Villechiron,
Le Virly,
Vost.
 
        

Jean-Luc JOLY