MALVAL
Canton : Bonnat
Département de la Creuse
 
 
  Relevés imprimables de l'état civil de la commune :

1708-1792  Baptêmes
1712-1791  Mariages
1728-1791  Sépultures

1797-1832  Naissances
1793-1832  Mariages
1793-1832  Décès


Dénombrement de la population :
Année 1911    photo récapitulative

En ligne le :
27/05/2007
23/01/2008
"


27/05/2007
23/01/2008
"



26/03/2010
mise à jour :

auteur :
Maguy CLERGUE
"
"

"
"
"


Alain LARDILLIER

  Compléments :
Migrants hors du Limousin
Sur le ministère de la Culture :
base Mérimée   base Mémoire
Malval sur le portail creusois
Monument aux Morts
Vue du ciel
Province : Marche
Toponymie :

Marevalle ;  Marval ; Maraval ; Malleval (Nadaud, p. 540) ; Malval (1801).
Conservation des registres paroissiaux et d'état civil :
- C.G. :  1737-1792 (manque 1752) ; 1793-1932
- C.C. :  1708-1792 (manquent 1735-1736, 1750, 1760, 1765, 1775-1778) ;
             1793-1892  et --> mairie

image
image
image
image
image
 
   Insee : 23121
Clic sur la carte pour développer le canton de Bonnat
 
Population légale (Insee) en : 2007
1906
1806
47 h
133 h
153 h
Superficie : 403 ha
Altitude : 248 à 376 m
Densité : 12 h/km2

Actuellement pas de travaux en cours sur cette commune.
Si vous souhaitez poursuivre les relevés de cette commune, rejoignez-nous à cette adresse:
groupe gendep23 
 
Villages en 2001 :
Bellevue, Etang-des-Grenouilles, Le Moulin, Pierre-Bise.

Notice par A. Leclerc
Dictionnaire Topographique, archéologique et historique de la Creuse
chez Vve H. DUCOURTIEUX, Limoges, 1902.

MALVAL est le chef-lieu d'une commune dans le canton de Bonnat, arrondissement de Guéret,
qui a 403 hectares de superficie et 156 habitants.
Son altitudes est de 284 mètres près des rives de la Petite-Creuse.

Ce lieu est appelé :
Malavallis, en 1038. (Baraillon, Rech p. 89)
Prior de Malavalle, en 1146. (Gall. christ. nov. Il, Instr. col. 185).
Malavallis, en 1209. (Cart. d'Aubepierre).
Apud Malam Vallem 1223 (Ch. de Prébenoit).
Malavallis, 1270 (Cart. d'Aubepierre).
Malavallis 1313. (Cart de Bonlieu).
Malavallis 1316. (Cart. des Ternes).
Malavallis 1392. (Cart. d'Aubepierre). --
Capellanas de Mallavalle XIV° siècle. (Pouillé).

Malval dans l'ancien archiprêtré d'Anzème avait un prieur régulier d' hommes, fondé par Albert de de Chambon, de Malval, par acte du 13 février 1038. Sa fête patronale était celle de Sainte-Valérie, jadis de de Saint-Pierre-ès-Liens. Le prévôt de Chambon y nommait des prieurs en 1558. 1573, 1580, 1651, 1715, 1723, 1727, 1733, 1763.
Voici les noms de ceux qui me sont connus: Giraud en 1146. Pierre de Cotzaget vers 1208. Aimoin 1229. Louis de Blanchefort 1641. Claude Auboux de Stéveny des Vergnes, prieur commendataire 1688 et 1702.
De Saint- Just 1783. Jusqu'à la Révolution les prieurs étaient dans l'usage de payer une aumône de cents boisseaux de blé aux pauvres de Malval.

La cure, qui comptait190 communiants, environ 253 habitants, avait la même fête patronale que le prieuré.
L'évêque de Limoges y nommait un titulaire en 1694, mais ce droit de nomination fut exercé par le prévôt de Chambon en 1660, 1699, 1708, 1736, 1753, 1767.
Peut-être faut-il placer au nombre des curés de cette paroisse B. de Sallignac en 1557. C'est au moins ce qu'on petit conclure de l'inscription suivante gravée sur la dalle supérieure d'un tombeau élevé de terre et placé contre le mur oriental entre le choeur et l'abside du transept méridional :
"Cy gist le corps de noble et scientiffique personne Me B. de Sallignac, qui trépassa le 16 mars 1557."
 Cette inscription est accompagnée d'un écusson chargé d'une fasce fuselée et d'un chef.

N... Besse, mourut curé de Malval en septembre 1767. N... Dumas, mourut en septembre 1779. N... Fargin, nommé en 1779. Silvain Fradet était curé de Malval en 1789.
N... Vacher, curé de Malval, mourut en mai 1816. Cette paroisse est restée ensuite longtemps unie à celle de Li-nard; mais elle a toujours entretenu son église avec un soin dévoué et constant qui lui fait honneur.

Par décret du 10 mars 1880 cette église a été érigée en église paroissiale. Elle continue cependant a être desservipar le curé de Linard.

« L'église de Malval a été bâtie à la fin du XI° siècle, ou au plus tard dans la première moitié du XII°. Cornmencée par la partie orientale il ne fut construit que les transepts, le chœur terminé par une abside demi-circulaire, deux absides semblables percant le mur orientai des transepts et la tour de la croisée. La nef ne fut jamais commencée. Cette nef se retrouve à l'église du Moutier de Felletin, bâtie par ces mêmes moines de Chambon, environ à la même époque et sur un plan complètement identique. »

« Les fenêtres de cette église sont en plein cintre et sans ornementation. Une seule éclaire les absides secondaires, trois l'abside centrale. Ces dernières sont bordées intérieurement d'un gros tore en boudin, reposant sur des colonnettes à chapiteau occupant les pieds-droits.

« La tour centrale, de forme octogone, avec, les pans des angles plus petits que les autres cotés, est ouverte de fenêtres géminées dont les archivoltes sont supportées extérieurement par un pied-droit et au point de jonction par une colonnette.

« Cette église déjà si petite a été encore mutilée à une époque inconnue : le transept nord et son abside n'existaient plus. » (P. de Cessac. Le prieuré de Malval).

Le trésor de cette église possède une châsse en email champlevé en forme d'église, représentant la lapidation de saint Etienne, et une monstrance en cuivre doré dont le pied est chargé d'écussons armoriés.

Le château de Malval existait à l'époque de la fondation du prieuré 1038. Il fut rebâti dans le XIV° siècle. C'est au moins ce qu'indiquent les ruines qu'on voit aujourd'hui sur la rive droite de la petite Creuse. En 1370, du Guesclin occupa le château de Malval, qui joua un certain rôle dans les guerres du XIV° siècle et aussi eut grandement à en souffrir. Il fut ruiné au commencement du XVII° siècle.

Après la famille de Malval, différentes familles possédèrent ce lieu. Le 4 avril 1571, Augustin Le Prévost, notaire et secrétaire du roi, seigneur de Brenaud, vendit la terre et la seigneurie de Malval à Louis Chasteigner, chevalier, seigneur d'Abain et de  Chantemillan, pour la somme de  12,000 livres tournois et cent écus d'or.
Sous les seigneurs d'Abain ce château fut le rendez-vous des savants et de la pléiade poétique du XVI° siècle.

Le 22 décembre 1647, cette terre fut revendue pour lit somme de 30,000 livres à Yves Bertrand, écuyer, seigneur de la Villatte, commandant de la citadelle d'Oléron.

Il faut voir les intéressants détails sur la seigneurie, Ie château et la famille de Malval, publiés par M. Gabriel Martin, dans les Mémoires de la Société de la Creuse, tome VI, p. 211.

Les villages de la commune de Malval sont:

Bellevue.
Combeau.
Moulin-de-Malval.
Pierre-Bize.
 


Jean-Luc JOLY