Relevés imprimables : état civil, actes notariés, dénombrements.
ancien régime :
1669-1792  Baptêmes
1669-1792  Mariages
1669-1792  Sépultures

Accès aux registres numérisés
nouveau régime :
1793-1842  Naissances
1793-1842  Mariages
1793-1842  Décès
mise en ligne le :
20/05/2009
"
"


18/12/2007
"
"
mise à jour le :
07/09/2010
"
"


04/06/2008
"
"
auteur :
Vincent MÉRIGOUX
"
"

"
"
"
dénombrement nominatif de la population :
année 1911 (705 habitants)  en cours par Vincent MÉRIGOUX.
Pages :
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  1  12  13  14  15  16
  Compléments :  
Migrants hors du limousin
Sur le Ministère de la Culture :
Base Mérimée
Nouhant sur le portail creusois
Monuments aux Morts
La commune vue du ciel
Population légale : (Insee)
Dénombrements :
2007
1906
1806
319 hab.
738 hab.
660 hab.
Superficie :
Altitude :
Densité :
25,75 km/carré
417 à 555 mètres
12 hab. au km/carré
L'auteur de la transcription signale que des actes de l'ancienne paroisse de Bellefaye (rattachée à Soumans en 1829) sont enregistrés à Nouhant. Il faut noter la proximité immédiate de ces deux paroisses. A ce jour nous n'avons pas trouvé d'explication dans les archives.
Les registres conservés de Bellefaye aux AD23 ou en mairie de SOUMANS vont de 1737 à 1829
(manque D. an III).

 
  Les  Nouhantais     Insee : 23145
Vincent Mérigoux à transcrit la totalité des actes de
l'ancien régime (1669-1792) et des NMD jusqu'à 1842.

Si vous souhaitez poursuivre la transcription sur cette commune rejoignez-nous à cette adresse :
groupe gendep23
 
 
  Un Nouhantais à l'Hôtel des Invalides
image

Ils avaient un métier, ils étaient cordonniers, tailleurs, meuniers, ouvriers en soie,
charrons, maçons, vignerons, etc. Ils ont été recrutés, au service du Roy. lls ont guerroyé sous Louis XIV, Louis XV ou Louis XVI.

Cote S.H.D. :
Acte n° : 035643
Reçu à l'hôtel le : 7 Septembre 1721
Acte :
« Leonard Beaufils dit Nismes, agé de 46 ans, natif de Noüant [23145] en La Marche dioceze de Clermont en Auvergne, Soldat de la Mestre de Camp du Regiment de Vermandois, ou il dit avoir Servi 4 ans, auparavant 16 ans dans Beaujollois et 3 ans dans Berry, son Congé
datté du 29 Juillet dernier, est Incommodé d'un coup de fusil quil receut a la Teste au Siege de Landau , joint a ses autres
Blessures le mettent hors de Service, Il est du nombre des Soldats reformez envoyez dans une Compagnie d'Invalides a Ayguemortes ,
et est Catolique.
- Soldat
Le 4 Janvier 1722. Il est decedé a Ayguemortes au Detachement.»

Lieu déduit : Nouhant
Acte recopié en intégral et vérifié
Un dossier a été constitué (biographie/généalogie/autres) : Non
Pour compléments d'informations, d'autres sources existent, et si vous détenez d'autres informations sur ce pensionnaire, elles seront les bienvenues : hoteldesinvalides@hoteldesinvalides.org

  Villages de la commune en 2001
 

L'Age-Grillon, Boueix, Le Bourgnon, La Bregère, Le Breuil, Cancagnole, Chantalouette, Chaud, Chaumette, Le Clos, Le Compas,
La Correspondance, L'Etang-de-Nouhant, La Forge, Le Fressinaud, Lascoux, Le Magdelon, Le Malvaud, Modard, Le Montgiraud,
Les Parques, Le Plaids, Renardives, La Ribière, Rouletoupy, La Sagne, La Sagne-du-Bourgnon, Les Trois-Taillants, Le Vernet, La Vie.

  Conservation des registres paroissiaux et d'état civil aux AD23
  Collection communale conservée en mairie : N. et M. de 1793 à nos jours ; D. de 1853 à nos jours.
Lacunes : B. 1670-1672 ; M. 1670-1673 ; M. 1713 ; S. 1670-1672 ; M. 1722,1728, 1730-1733, 1737-1742, 1744-1746, 1748 ; S. 1749 ;
B. 1761 ; M. 1761, 1763.
Collection conservée aux AD23 : Mariages de l'an VII de toutes les communes du canton d'Auzances.
Collection du greffe conservées aux AD23 : 1737-1792 (lacune, 1763) ; 1793-1932.
  Paroisses et communes de France, Christian Poitou, CNRS éditions, 2001

Province : Combraille
Vocable : Saint-Martin
Toponymie :
Noham ; Noham près Lespaud ; Noent (Nadaud, p.289) ; Nouhant (1801)
Territoire et administration :
L'état général des départements de l'an II (p.217) fait état, pour "Nouhen" de trois municipalités : "Nouhen-Combrailles",
"Nouhen-Bourbonnais", Nouhen-Berri", les trois anciennes provinces se partageant le territoire de la commune.
Aucun tableau de recensement ne connait ces municipalités : de 1794 à 1801, tous ne mentionne que Nouhant.
Bibliographie :
Lacrocq (Louis), « Nouhant », MSSC, t. XXVII (1938), p. 222-227.
  Dictionnaire topographique, archéologique et historique par A. Lecler (édition de Limoges 1902)

image
 
image

image

image

NOUHANT est le chef-lieu d'une commune dans le canton de Chambon qui a 2,575 heclares de superficie et 720 habitants.

Son altitude qui est de 494 mètres vers le village de Lascoux ne descend pas au-dessous de 443 mètres.

On écrivait :
Noent en 1171.
Mensura de Noen I HN, 1202 (Cart. de Bonlieu).
Ecclesia de Noent, 1230 (Ch de Bonlieu).
Caminus peregrinorum prope Noent, 1245 (Cart. de Bonlieu).
Nouhent, 1303 (Généal. La Roche Aymon).
Parrochia de Nohento, 1393 (Terr. de Chambon).
Capellanus de Nohento, XIV° siècle (Pouillé. Paroisse de Nohan, 1517 (Ch. d'Evaux).

Nouhant, dans l'ancien archiprêtré de Combraille, était une cure, qui avait à la fin du siècle dernier 360 communiants (480 habitants),
et payait 37 livres de décimes.
Sa fête patronale était l'ordination de saint Martin de Tours 4 juillet, et jadis Saint-Julien.
On connaît deux nominations de faite par l'évêque de Limoges en 1531 et 1669. L'abbé du Bourgdieu y nomma en 1483, 1563, 1609,
le prince de Condé en 1671, 1690, 1715, le roi, en 1753, 1761, 1762.

Marc-Antoine Raynaud, né dans la paroisse de La Rochette prêtre en 1748, fut nommé curé de Nouhant en 1761.
François Cipoulon, de Felletin, fut curé de Nouhant vu 1803. Gilbert Duret, né le 8 septembre 1749, qui avait été curé de Saint-Chabrais avant la Révolution, fut nommé en 1804. Gervais Guyonnet en 1832. Joseph Fouraud en 1886.

Nouhant possède une église romane et ogivale des XIII° et  XV° siècles, avec chapelle seigneuriale.
A l'entrée se trouve une magnifique croix de pierre dans le style du XV° siècle.

  Les villages de cette commune sont :

L'Age-Grillon.

Boueix. Appelé au siècle dernier le Bois-près-le-château-de-Lespaud, était alors un prieuré ruiné dont les patrons étaient saint Léonard et saint Nicolas. En 1195, il dépendait du monastère de Saint-Léonard de Noblac et le prieur de ce lieu y nommait encore un titulaire en 1559.

Bourgnon.
Forge (La).

Fressinaud (Le). Où il existe un château du XVII° siècle, flanqué de cinq tours percées de meurtrières, qui appartenait en 1770 à M. de Belair. Le 4 frimaire an IV (24 novembre 1793), la Société populaire républicaine de Lépaud " considérant  que le château du Fressinaud appartenait ci-devant aux deux frères Robin-Bélair, émigrés; qu'il a de communication que par un pont qui pourrait facilement être rompu et mettre les malveillants hors de la surveillance des patriotes, arrête qu'il sera fait une dénonciation à la Convention nationale et au Comité de sûreté générale du château du Fressinaud ».


Lascoux.
Magdelon.
Malvaud.
Maudard ou Modard.
Montgiraud.
Plaids.
Parquer alias Parques (Les)
Queroir de la Vie (Le).
Renardives.
Ribière (La).
Roule-Toupie.
Sagne du Boueix (La).
Sagne du Bourgnon (La).
Trois-Taillands.
Vernet (Le).
Vie (La).

 

Jean-Luc JOLY pour GenDep23 ®