Retour
Relevés imprimables :
Ancien régime :
-
  1654-1792  Mariages
-

Nouveau régime :
  1793-1882  Naissances
  1793-1882  Mariages
  1793-1882  Décès

mis en ligne le :
-
23/03/2006
-

30/07/2010
-
-
mis à jour le :
-
01/10/2014
-

19/03/2011
-
-
auteurs:
Michelle Vergnaud
"
-

Gilles Gaudou

"
"
Dénombrement de la population :
  Année 1911.
Compléments :
Sur le Ministère de la Culture :
Base Mérimée  Base Mémoire
Monument aux Morts
Mémorial du Bois-Thouraud
Population légale (Insee) :
Recensements :
2007
1906
1806
214 hab.
610 hab.
556 hab.
Superficie :
Altitude :
Densité de population :
1112 hectares
517 à 685 mètres
19 hab. au km2 en 2007
Code Insee : 23118   les Maisonnisseaux
image
Villages de la commune par A. Lecler (1902) et par l'Insee (1946 et 2001) :
A. Lecler (1902)
Bois-du-Thouraud (Le)
Châtres (Les)
Chauchepaille
Chez-Peynoux
Genette (La)
Lachaud
Lignes (Les)
Marais (Le)
Mazeimard
Moulin (Le)
Mouline (La)
Outrelaigne
Rivaud (Le)
Insee 1946
Bois-du-Thouraud
Châtres (Les)
Chauchepaille
Chaud (La)
Chez Peynoud
Genête (La)
Lignes (Les)
Marais (Le)
Mazeimard
Moulin (Le)
Outrelaigue
Rivaud (Le)
Maisons
abandonné
11
3
13
5
5
3
4
12
10
12
3
Ménages

11
3
13
5
5
4
4
12
10
13
3
Habitants

46
11
46
13
22
18
9
40
23
44
9
Insee (2001)
Le Barniquet.
Les Châtres
Chauchepaille
Chez-Peynoux
La Genête
Lachaud
Les Lignes
Le Marais
Mazeimard
Outrelaigue
Les Rivauds
Notes de  A. Lecler :
Chez-Peynoux, Entre ce village et celui des Châtres on trouve une pierre appelée Pierre Fade, sur laquelle on remarquait neuf bassins, dont quatre disposées en cascade, et sur le côté nord trois sièges qui sont des restes de bassins détruits par les agents atmosphériques. Le tout a été récemment mutilé.
Mazeimard, alias Mazémard, appelé Mazeymas en 1689.
Moulin (Le) sur la Gartempe
Inventaire de la conservation de l'état civil et paroissial aux AD23 et en mairie :
Collection communale conservée en mairie : NMD de 1793 à nos jours.
Collection communale conservée aux AD 23 :
BMS de 1751 à 1792.
Collection du greffe conservée aux AD23 :
BMS de 1737 à 1792; NMD de 1793 à 1932.
Paroisses et communes de France, Christian Poitou, CNRS éditions, 2001 :
image
Blason de la Marche «D'azur semé de fleurs de lys, à la cotice de gueule chargée de trois lionceaux d'argent, brochant sur le tout.»
Province : Marche.
Vocable : Saint-Sébastien, jadis Sain-Jean (Nadaud, p. 353) Maisonnisses dépendait de Sardent selon Nadaud.
Toponymie :
Meysonnisses (1447); Mesonisses (1454); Maisonnise (1801).
Territoire et administration :
Cadastre, 1808-1843.
Bibliographie :
Vayssière (A.), l'Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem ou de Malte en Limousin et dans l'ancien diocèse de Limoges, Tulles, Crauffion et Limoges, Ducourtieux, 1884, p. 116-120.
Louradour (P.) Regards sur la Commanderie de Maisonnisses au XVIII° siècle, MSSC, t. XXXII (1856), p. 422-441.
Louradour (P.), Maisonnisses, MSSC, t. XXXIII (1958), p. 374-389.
Louradour (P.), Visite prieuriale de la Commanderue de Maisonnisses [en 1770], MSSC, t. XXXII (1954), p. 108-118.
Dictionnaire topographique, archéologique et historique de la Creuse par A. Lecler, Limoges 1902 :
Diaporama :

image
image
image
image
image
image
image
image
image
Maisonnisses est le chef-lieu d’une commune dans le canton d’Ahun, arrondissement de Guéret, qui a 1.818 hectares de superficie
et 704 habitants.
Son altitude est de 558 mètres sur le bord de la Gartempe encore près de sa source, mais elle s'élève au nord jusqu'à 656 mètres.

On écrivait :
Bajulus de Maysonissas en 1299. (Ch. de La Chapelle-Taillefer).
Granerium de Maisonicis, 1378 : de Mesonicis, 1392. (Ch. des Ternes).
Meysonnisses, Horeum de Meysonicis, 1447. (Ch. de La Chapelle-Taillefer).
Commandeur de Mesonisses 1454. (Ch. des Ternes).
Proeceptoria de Meysonnissas, 1468. (Terr. de Bellechassaigne).
Commandeur de Maisonisses, 1481. (Ch. des Ternes).

La cure de Maisonnisses qui était dans l'ancien archiprêtre de Bénévent, avait 300 communiants,
ce qui suppose une population d'environ 400 habitants.

Saint-Sébastien était son patron, jadis c'était Saint Jean.

Les titulaires de cette cure étaient nommés par le commandeur en 1512, 1558, 1559, 1694, 1731, 1762. N... Pilon, curé de Maisonnisses, mourut en janvier 1754.
N... Gorsse, mourut en juillet 1780. Marin Gorsse nommé en 1768, mourut en septembre t788.
Pierre-François Pichon lui succéda le 5 septembre 1788.
Etienne Nanot, qui avait souffert pour la foi dans la déportation maritime par Bordeaux fut nominé curé de Maisonnisses en 1802
et mourut en 1805. N... Druillette-du-Ceilloux était curé en 1823 et 1830.
Léonard Chaussat fut curé jusqu'en 1844. N... Barny nommé en 1814. N... Seine en 1852. N... Léger en 1861.
Antoine Cognet en 1864. Amable-Mathieu Marsallon en 1886. N... Rouquette en 1890. N... Lascaux en 1893.

L'église de Maisonnisses est un édifice du XIII° siècle, avec une crypte de la même époque. On y voit, à droite de la nef, une belle statue de pierre, du XVIIIe siècle, représentant un chevalier. En 1616 elle possédait cinq reliquaires en cuivre doré, abritant les reliques de Saint Jean-Baptiste, de Saint Sébastien, de la Vraie Croix, de Saint Etienne martyr, et de Sainte Apollonie.
Elle était dépourvue de clocher, et ses cloches étaient suspendues sur des piliers de bois vers la porte principale.

Maisonnisses était une commanderie de l'ordre de saint Jean de Jérusalem pour un chevalier de justice, qui était nommé par l'ordre lui-même.

Le château de la commanderie touchait à l'église; il comprenait un grand corps de logis flanqué de grosses tours à machicoulis, entouré de fossés. Les commandeurs l'habitant ordinairement, il était bien entretenu.
Le commandeur de Maisonnisses avait la justice haute, moyenne et basse, et la faisait exercer par ses officiers.
Chaque dimanche il devait faire distribuer une aumône de trois setiers de blé.

Voici les commandeurs dont le nom m'est connu :
Pierre d'Aubusson de La Borne en 1464.
Jean Grimeau vers 1480.
Jean de Bonneval en 1509.
Emery de Payaulx 1532.
Claude de l'Hermite vers 1510.
Pierre de la Porte 1606.
Aimé de Menthon 1623.
Antoine de Vaudray 1623.
Jacques de Saint Maurice 1660.
Antoine de la Rive 1669.
Joseph de la Val d'Izère 1719.
De la Marche 1721.
De Langon 1731.
Joseph de la Val d'Hizère 1749 (?).
Germain de Bridiers 1759.
Léonard d'Ussel de Châteauvert 1760.
De Grolée 1775.
Jean Gain de Montagnac 1783.
Antoine de Ligondès de Rochefort 1787.


        Haut de page