Retour
Relevés imprimables :
Ancien régime :
1741-1792  Baptêmes
1741-1792  Mariages
1741-1792  Sépultures

Nouveau régime :
1793-1812  Naissances
1793-1801  Mariages
1793-1802  Décès

mis en ligne le :
26/03/2010
-
-

15/10/2010
-
-
mis à jour le :
15/08/2010
-
-

17/11/2010

16/10/2010
auteurs:

Jean Lambec
-
-

-

-
-
Dénombrement de la population :
Année 1911 (1230 habitants) par Jacqueline FOUCAULT le 5/07/2010.
Numérisation des pages : 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23
Compléments :
Migrants hors du limousin
Sur le Ministère de la Culture :
Base Mérimée  Base Mémoire
Jouillat sur le portail creusois
Monument aux Morts
La commune vue du ciel
Population légale (Insee) :
Recensements :
2007
1906
1806
473 hab.
1184 hab.
1280 hab.
Superficie :
Altitude :
Densité de population :
2244 hectares
283 à 546 mètres
21 hab. au km2 en 2007
Code Insee : 23101   les Jouillatois
image
Si vous souhaitez aussi participer inscrivez-vous ici
Villages de la commune en 2001 :
Boisfranc, Bretouilly, Le Breuil, Les Chatelards, Le Chêne, Lascoux, Lavaud, Lombarteix, Mounier, Péchadoire, Les Ribières, Rochereau, Roussin, Soulat, Les Taches, Villecoulon, Villelot, Villemorle, Villevaleix.
Inventaire de la conservation de l'état civil et paroissial aux AD23 et en mairie :
Collection communale conservée en mairie : NMD de 1883 à nos jours.
Collection communale conservée aux AD 23 :
BMS de 1686 à 1792 (lacunes 1687-1698) ; NMD 1793-1882.
Collection du greffe conservée aux AD23 :
BMS 1737 à 1792 (lacunes 1759-1760-1761); NMD 1793 à 1932 (lacunes M. ans VII et VIII)
Paroisses et communes de France, Christian Poitou, CNRS éditions, 2001 :
image
Blason de la Marche «D'azur semé de fleurs de lys, à la cotice de gueule chargée de trois lionceaux d'argent, brochant sur le tout.»
Province : Marche
Vocable : Saint Martial
Toponymie :
Joulhac (XV°) ; Jouillac ; Jouillat (1801)
Territoire et administration :
Par lettres patentes du 16 mai 1724, les collectes de Boisfranc et Château-Clos-Jouillat sont rattachées à la paroisse de Jouillat.
En 1764 cette paroisse fiscale porte le nom de "Jouillat et Boisfranc". (État... des paroisses de la généralité de Moulins). En 1883, le village de Mougnet passe de Glénic à Jouillat (D. Dayen, MSSC, t. XLII, 1984, p. 118).
Bibliographie :
Dayras (Maurice), "Jouillat", MSSC, t. XXV (1934), p. 530-542.
Dictionnaire topographique, archéologique et historique de la Creuse par A. Lecler, Limoges 1902 :
Diaporama :

image
image
image
image
image
image
image
image
image
JOUILLAC, commune du canton de Guéret, a 2199 hectares de superficie et une population de 1313 habitants.

Prion de Joulac, 1202 (Cart. de Bonlieu).
Capellanus de Joulhac, XIV° siècle (Pouillé).
Parrochia Joulhaci, 1441 (Ch. de la Chapelle-Taillefer).
Castrum de Joulhac, 1490 (D'Hozier, généaI. de Chamborant).

Jouillac était une cure de l'ancien archiprêtre d'Anzème, ou il y avait 1,800 communiants (environ 2,400 habitants).
Elle avait pour patron saint Martial de Limoges.

L'abbé dit Bourg-Dieu y nommait le curé en 1566, 1571 ; le prince de Condé en 1625, 1641, 1650, 1683, 1702, 1736; le roi en 1740, 1761.

Il y avait une vicaire appelée des Monneyroux.
Une communauté de prêtres existait en 1564.

L'église de Jouillac est du XII° siècle, bien caractérisé dans l'abside; la nef est ogivale. A sa porte on voit un lion en pierre. Entre deux de ses contreforts se trouve une sépulture formée d'un sarcophage en pierre où la place de la tête est creusée, et d'un couvercle orné de sculptures rappelant le XII° siècle. La tradition en fait le tombeau d'un membre de la famille de Bretolie, mais ce ne peut pas être celui de litiges de Bretolie, qui faisait partie de la seconde croisade et qui fut tué à la bataille du Méandre.

La cloche porte cette inscription en lettres gothiques:
L'AN M. Ve L, Il - TE DEUM LAUDAMUS - AVE MARIA.
Ces deux invocations y sont répétées quatre fois.
Jacques Malieurat fut nommé curé de Jouillac en 1761 pendant la Révolution il souffrit pour la foi, dans les prisons et dans la déportation maritime par Bordeaux. Charles Roudeaux de Laplagne fut nommé en 1803 et mourut en 1815. Lagathe était curé en 1823-1828. Tixier-Fayard fut nommé en 1831, Monteil en 1887.

Le château de Jouillac est un corps de logis flanqué de quatre tours; il a été construit au XIV° siècle.
Les premiers seigneurs connus sont de la famille de Chamborant. Guillaume de Chamborant, né vers 1387 a formé les branches des du Terrail et de Jouillac. (Nobiliaire du Limousin, 1, 2e édition, 673). Etienne Faure, seigneur de la Chassagne et des Monneyroux, écuyer, lieutenant-général de la sénéchaussée de Guéret, acheta Jouillac, le 1er octobre 1557, pour 550 écus soleil.
Sa veuve, Marguerite de Chamborant, le donna en 1616 à Guillaume d'Aubusson, seigneur de Chassingrimont. Louis de Bouëry était seigneur de Jouillac en 1655-1684. Marguerite de Séglière, épouse Gédoin, l'acheta en 1699. Sylvain-Louis-Antoine de Madot, lieutenant-général de la sénéchaussée de la Marche, en était seigneur en 1753.

On trouve dans cette commune plusieurs rochers signalés comme monuments druidiques, qui sont des roches naturelles avec bassins et rigoles, mais sans aucun travail de main d'homme.

Les villages de cette commune en 1902 selon l'abbé Lecler :

Bosfranc. Château complètement détruit.
Breuil (Le).
Châtelard.
Chêne (Le).
Lascoux.
Lavaud.
Lombarteix.
Maison-Brûlée (La)
Mougnet, alias Mounier.
Péchadoire.
Prat (Le).
Ribières (Les).
Rivailles (Les).
Rocheraud.
Roussine.
Soulat.
Taches (Les).
Villelot.
Villemorte.
Villevaleix.

Bretouilly. Ancien château de la famille de ce nom, qui est une branche de la famille de Chamborant; il est aujourd'hui entièrement détruit.
Il y avait deux lions en pierre, qui ont été achetés par le propriétaire du château de Jouillac et transportés à sa porte.
Il y avait une chapelle à Brétoullie et on y a trouvé un sarcophage semblable à celui de Jouillac mais sans couvercle.

Villecoulon, appelé Villa-Colump) en 1448. On signale près de ce village un souterrain qui est un souterrain-refuge de l'époque gallo romaine.